Développement durable

Politique

Glyphosate : Une sortie à petit pas

auteurPierre Magnetto | Jeudi 28 juin 2018 | 19:14
Si le gouvernement a annoncé une sortie progressive du glyphosate, cette dernière ne sera pas inscrite dans la loi sur l’agriculture et l’alimentation actuellement en débat. Cependant, Nicolas Hulot a présenté un plan d’action globalement approuvé par les associations environnementales.

Le 22 juin dernier, Nicolas Hulot, ministre d’Etat, ministre de la transition écologique et solidaire et Stéphane Travert, ministre de l’agriculture et de l’alimentation ont annoncé un plan de sortie du Glyphosate. Ils avaient réuni pour cela des représentants du monde agricole, de l’agro-alimentaire et de la distribution, ainsi que les acteurs de la recherche et de l’innovation pour s’engager dans la sortie définitive du glyphosate. Ils ont notamment rappelé le cadre du plan d’action global pour la réduction de l’utilisation des produits phytosanitaires présenté fin avril, avec un objectif de -25 % en 2020 et -50 % en 2025.

Leur plan d’action repose sur la création d’un centre de ressource d’ici la fin de l’année pour rendre accessible à l’ensemble de la profession agricole les solutions existantes pour sortir du glyphosate. Ils souhaite aussi renforcer les actions d’accompagnement dans le cadre du programme Ecophyto pour diffuser les solutions et trouver de nouvelles alternatives. Ils appellent à la mobilisation des réseaux territoriaux des chambres d’agriculture, et de l’enseignement agricole pour faire connaître et promouvoir les alternatives au glyphosate. Ils préconisent également le suivi des quantités vendues et utilisées des produits contenant du glyphosate afin de faire toute la transparence sur les usages. Enfin, ils souhaitent s’engager dans une valorisation de ce travail au niveau européen avec les pays volontaires. Une première réunion avec ces pays se tiendra en marge du prochain Conseil Agriculture en juillet.

Le « oui mais » des associations

Les associations de défense de l’environnement ont très vite commenté ces annonces. « France Nature Environnement se réjouit que le Gouvernement semble enfin demander du concret sur ce dossier et de la cohérence aux acteurs agricoles dans leur plan de filière. Il existe en effet déjà des solutions, il faut les généraliser de toute urgence » a commenté Carmen Etcheverry, chargée de mission du réseau agriculture chez FNE. Elle estime cependant qu’ « il faut inscrire l’interdiction dans la loi pour envoyer un message clair : la sortie du glyphosate n’est plus négociable. Nous ne sommes plus dans le « si » ou dans le « quand » mais dans « comment y arriver dans les trois ans ».  De con côté, Générations Futures a regretté dans un communiqué que « les associations environnementales, pourtant très impliquées sur ce dossier, n’aient pas été associées à cet échange », tout en regrettant elle aussi « que la sortie du glyphosate ne soit pas inscrite dans la loi dès à présent, comme cela est attendu par des milliers de citoyens et fut porté par des députés dont certains de la majorité présidentielle. Cette inscription dans la loi ferait gagner un temps précieux à tous ». Cette interdiction est en effet une des grandes absentes de la loi agriculture et alimentation examinée en ce moment par les parlementaires.